• Le billet dont vous commencez la lecture est consacré à une pièce de notre histoire familiale qui se présente sous la forme d’un petit carnet à la couverture brune de format in-18 (soit 9,3x14,5 en cm) dont les pages sont nommées coquille ou carré dans le jargon des imprimeurs.

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

    Ce carnet a accompagné notre grand-père paternel, Paul Bonneton – Paul Jean Félix selon l’état civil- une bonne partie de sa vie. Il y a noté, au fil des jours, ce qui lui semblait important. La quasi-totale absence de date fait de chacune des  lignes de ce carnet une énigme. Certaines ont été résolues et les autres devront attendre des chercheurs plus perspicaces.

    Voici les deux premières pages du carnet :

     Le carnet de Paul Bonneton (I)

    A Gauche, Paul a collé une feuille extraite d’un de ces calendriers dont on arrache chaque matin celle de la veille pour faire apparaitre, accompagnant la date,  le saint du jour et la phase de la lune.  Il a collé celle du   samedi 22 février en ajoutant l’année 1919 de sa main. Il s‘agit de la date de son mariage avec Jeanne Joséphine Breton, notre Grand-mère.

    Sur le côté gauche de ce collage, une autre date manuscrite : le 28 juillet 1919, trois jour exactement avant son retour à la vie civile, le 31 juillet, selon sa fiche matricule militaire. En effet était donc sous les drapeaux au moment de son mariage, ce qui explique la tenue qu’il porte sur la photo que nous avons publiée dans un billet précédent (artilleur et caoutchoutière).  Toujours sur cette première page, il a noté Raunheim qui est le nom d‘une ville allemande, proche de Francfort. Bien difficile de savoir ce que signifie cette indication. Ne désespérons toutefois pas, ce nom apparait de nouveau plus loin dans le carnet avec, peut-être, la clef de l’énigme.

    On trouve aussi, écrits à l’envers sur cette page, quelques mots dont je renonce à chercher le sens.

    La seconde page du carnet est moins mystérieuse puisqu’on y trouve l’identité du propriétaire, sa profession et séparés par trait qui court aussi sur la première page, ses affectations militaires successives.

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

    Après une page vierge on trouve ensuite dans le carnet une adresse, 7 quai de Bondy, Hôtel du Louvre et une indication : « mardi avant midi ». La ville n’est pas précisée mais il s’agit probablement de Lyon où un des quai de Saône porte encore ce nom et où, au numéro 7, on trouve aujourd’hui un hôtel, le Phenix qui a pris la place de celui mentionné dans le carnet. Seule votre imagination pourra vous aider à comprendre à quel genre de rendez-vous et même à quelle date devait se rendre Paul avant midi en ce mardi.

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

     

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

    La page suivante et le début de celle qui la suit nous ramènent sur un terrain mieux connu puisque la liste de ville qu’on y trouve rappelle presque immédiatement son parcours de compagnon du tour de France initiatique de menuisier tel que nous le connaissons et qu’il a été décrit dans un billet déjà ancien (tour de France des compagnons). Mais la liste des villes de ce carnet nous permet de tracer son itinéraire sur une carte de façon bien plus détaillée. Suivez son chemin en vert sur la carte ci-dessous.

     Le carnet de Paul Bonneton (I)

    Les compagnons voyageaient généralement à pied. Le périple, évalué grâce à google map,  représente 3572km. J’ai ajouté à la somme des étapes du carnet la distance entre Clermont Ferrand et Lyon, car, bien que cette ville ne soit pas notée dans le carnet, on peut supposer qu’il a terminé son tour de France à son point de départ.

    Comme Paul ne notait aucune date sur son carnet, on en est, une fois de plus, réduit à des hypothèses pour évaluer la durée de son tour de France. Nous savons toutefois qu’il a été reçu compagnon menuisier à Bordeaux à la Toussaint 1910, donc le 1er novembre. Nous savons aussi grâce à sa fiche matricule militaire qu’il a effectué son service militaire à partir de 10 octobre 1911. Imaginons que Paul à planifier son périple pour être de retour à Lyon à cette date et qu’il a noté sur son carnet les localités où il travaillé pour compléter sa formation, cela donne 334 jours pour les 23 étapes qu’il y a entre Bordeaux et Lyon. Et comme il y en a 16 entre Lyon et Bordeaux pour la première partie du tour, nous pouvons estimer que celle-ci a duré 232 jours. Paul aurait donc quitté Lyon, ou plutôt Saint Pierre de Bœuf, puisqu’il vivait avec ses parents dans ce village, dans le courant du mois de mars 1910, après son vingtième anniversaire. Puisque nous sommes dans les calculs, ôtons aux 566 jours de la durée du tour les 123 jours de marche, sur la base d’un rythme de 30km par jour, il nous reste 443 jours pour 38 étapes, soit une durée de séjour d’environ 11 jours, ce qui ne semble pas idiot.

    Sur la même carte, vous pouvez voir un autre itinéraire, tracé en pourpre. Il lie les villes listées à la suite des précédentes sur le carnet de Paul. Bien que rien ne les sépare des précédentes sur le papier, il est peu vraisemblable qu’elles fassent partie de son tour de France de compagnon, à moins qu’il l’ait poursuivi après son service militaire. On ne voit de toute façon pas la logique qui conduit de Clermont Ferrand à Corbeil, tout près de Paris. Il n’y a pas non plus de tradition de compagnonnage dans le nord et l’est de la France où Paul dirige ses pas.

    Examinons la carrière militaire de Paul pour formuler une hypothèse, encore une.

    Arrivé au 11eme régiment d’artillerie 10 octobre 1911, il est réformé le 11 mai 1912 car on lui a diagnostiqué une pleurésie au poumon droit et un amaigrissement, le tout incompatible avec le service militaire, au moins en 1911. Il retrouve donc à la vie civile et commence un nouveau périple au nord-est de l’hexagone. Il poussera même jusqu’en Allemagne puisque qu’on trouve dans le carnet les villes de Sarrelouis, Mayence et Wiesbaden. Celle-ci est la dernière de la liste. Il y a fort à parier que les évènements qui ont conduit à la guerre de 14-18 l’ont amené à un retour précipité en France. Paul n’avait pas de d’autres ressources que celles produites par son travail de menuisier. Si son périple dans la région a effectivement duré les trois années qui séparent son retour à la vie civile du début de la guerre dite grande, on peut raisonnablement penser qu’il a exercé sa profession pour en vivre. Mais pourquoi devenir menuisier aussi loin de sa région d’origine ?

    La réponse se trouve peut-être un peu loin dans le fameux carnet. On y trouve en effet une liste de personnes avec leur adresse.

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

      

    Le carnet de Paul Bonneton (I)

    Parmi elles,  celles d’Henri Breton, son futur beau-frère, à Paris rue neuve des boulets et trois adresses de Mortimore, une à Paris et deux à la rochelle. Henri Breton est le frère de la future épouse de Paul et l’adresse est celle qu’il donnera lors de la rédaction de l’acte de mariage de sa sœur dont il est témoin. Et Charles Mortimore a épousé le 10 octobre 1910  Alphonsine Désirée Breton qui n’est autre que la sœur ainée de Jeanne Joséphine, la future épouse Paul et grand-mère de l’auteur de ces lignes. On ne sait bien sûr pas à quel moment ces adresses ont été notées dans le carnet, avant ou après sa rencontre avec sa future épouse, mais le passage à La Rochelle pendant son tour de France et la présence de ce nom associé à cette ville dans le carnet ne ressemble vraiment pas à une coïncidence. Donc, Paul s’est lié, lors de son étape dans les charentes, avec la famille Mortimore qui était peut-être accompagnée de la sœur de l’épouse de Charles. Libéré de ses obligations  militaires, l’amour a Paul appelé auprès de sa dulcinée qui ne s'appelait d'ailleurs ni Dulcinée ni Virginie.

    Mais il n’épousera celle-ci que bien plus tard en 1919, après la guerre, qu’il fera dans l’artillerie, car le réformé de 1912 a été jugé bon pour le service en 1915. Mais c’est là une autre histoire que vous découvrirez dans un prochain billet, puisque Paul a noté, toujours dans le précieux carnet, les villes où il se trouvait.


    3 commentaires
  • La scène qui débute l’histoire qui va vous être contée aujourd’hui se passe à Viarmes, le jeudi quatre juin mil six cent quatre-vingt-deux, par l’accouchement de Jeanne Breteuille. Et la dite Jeanne, alors âgée de quarante-six ans – si on se fie à l’âge mentionné sur son acte de décès, en 1696- est veuve, non remariée, de Martin Bimont depuis le 22 juin 1675, date du décès de celui-ci. Cette situation n’échappe pas au curé Bisset au moment de rédiger l’acte de baptême du nouveau-né.

    La veuve joyeuse

     

    La veuve joyeuse

    C’est apparemment la sage-femme, informée  des secrets intimes de la maman, qui lui donne la solution. Il est donc transcrit que le père de l’enfant illégitime est Claude Poulet, fils de Claude et Anne Mignan, qui a alors 28 ans. L’enfant portera donc le nom de son père. A-t ‘il passé ses premières années avec sa mère auprès des enfants qu’elle a eues avec son mari ? Nous en connaissons cinq, mais seule la date de naissance des deux derniers est connue. Il est vraisemblable que le couple est venu s’installer à Viarmes juste avant la naissance de Christophe, le 27 juillet 1671. Fait troublant, l’acte de naissance du dernier enfant du couple, Marie, le premier janvier 1676, précise que le père est absent, ce qui n’est pas faux et qu’on ne peut guère lui reprocher puisqu’il est décédé depuis six mois !

    Voici l’acte de décès de Martin Bimont

    La veuve joyeuse

     

    L’acte de naissance de Marie, dernier enfant du couple

    La veuve joyeuse

    Célibataire au moment de sa relation Claude Poulet, le père de l’enfant né hors mariage, n’épousera pas la veuve. Après avoir essayé une femme plus âgée que lui de 12 ans, il attendra cinq ans avant d’épouser Marie Arnoult, qui est de dix ans sa cadette. Voilà un homme éclectique dans ses choix.

    Nés de son mariage légitime avec Marie Arnoul, nous connaissons neuf enfants à notre Don Juan. Dont deux se prénomment Claude. Bien que rien ne l’indique dans les registres paroissiaux de Viarmes, il est vraisemblable que le premier des deux, né en 1693 n’ait pas survécu.

    L’histoire ne s’arrête pas là. En effet, nos deux Claude Poulet, le légitime et l’illégitime, réussiront l’exploit d’épouser, tous deux,  une fille nommée Marie Meunier. Celle qu’a épousé Claude l’illégitime est fille de René et Geneviève Beaucé. L’autre est la fille de Denis et Marie Laisné.

    Voici l’acte de mariage de Claude, l’illégitime

     La veuve joyeuse

    Et celui de Claude, le légitime

    La veuve joyeuse

     

    La veuve joyeuse

    Nous avons donc eu à Viarmes dans la même génération deux couples portant exactement les mêmes patronymes. Voilà le genre de situation qui tourne souvent au casse-tête pour les généalogistes. Mais leur entreprise, visiblement destinée à nous empoisonner la vie, n’est que partiellement réussie, puisque Claude, le plus âgé et illégitime décédera deux ans avant le mariage du second Claude Il n’y a donc que peu de chance de confondre les enfants des deux couples.

    L'arbre généalogique posté sur le site Geneanet, avec la filiation des protagonistes et leur descendance aidera ceux qui peinent à suivre ces péripéties. Il donne aussi les références des actes sur le site des Archives départementales du Val d'Oise.

     

    http://gw.geneanet.org/gbonneton_w


    votre commentaire
  • C’est une lapalissade que de dire que nos aïeux bougeaient peu, passant toute leur existence sur un même territoire, du jour de leur naissance à celui de leur mort. Ce monde rural, tourné vers l’agriculture et vers les métiers qui lui sont liés ancrait la population à la terre avec des liens particulièrement solides. Pourtant et parfois il y a bien longtemps, certains quittaient leur lieu de naissance pour aller s’installer loin de leurs racines. Il pouvait s’agir d’exodes, tel celui des bretons au XIXème siècle, ou de phénomènes individuels.

    Tel est le cas d’Hugues André qui porte le n° Sosa 342 dans notre généalogie. Avant d’examiner les aspects sociaux de cet épisode de notre histoire familiale, je vous propose de retracer la démarche généalogique.

    Nous recherchons le mariage des parents de Marie Prime André, aïeule de  la quatrième génération d’Alfred Eugène Breton mon arrière-grand-père, celui-là même qui a épousé Marie Jeanne Tréhorel, venue de sa lointaine Bretagne que vous connaissez déjà si vous lisez avec attention les billets de ce blog.

    Les parents de Marie Prime se nomment Hugues André et Jeanne Magdeleine Divary.

    L’acte de mariage en question se trouve sur le registre paroissial de Viarmes année 1739, sur la vue 44 de la numérisation aux archives départementales du Val d’Oise.

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Examinons cet acte. L’écriture est particulièrement soignée et l’acte est très complet avec la filiation des deux époux. La future épouse est née à Viarmes où est célébré le mariage. Le curé a apparemment eu quelques difficultés à écrire le nom de la paroisse d’origine du futur époux. Le texte est surchargé et il m’a fallu l’aide du forum de Geneanet et de Marie Louise, que je remercie de nouveau ici, pour découvrir que l’endroit se nomme Percey-le-Grand, dans le département de la Haute Saône. On ne dira jamais assez combien l’aide des autres généalogistes est précieuse.

    Une fois la paroisse connue, il est possible de rechercher l’acte de naissance du futur époux et, puisque que nous connaissons le nom des parents d’Hugues André, à savoir Claude et Claudine Bergeron, leur acte de mariage, en espérant que tout ce soit passé à Percey le grand.

    Dès que le département de la Haute-Saône a mis en ligne les registres paroissiaux et d’état civil, je me suis lancé dans ma recherche, en visant la période 1707 puisque l’acte de mariage, dressé en 1739 précise que le futur époux a alors 32 ans. Mais il faut prendre avec prudence les âges mentionnés dans les actes car le curé n’avait en rédigeant l’acte que les déclarations des présents, presque toujours fantaisistes. C’est finalement en 1703 que l’acte en question sera trouvé. Heureusement, Percey-le-Grand ne mérite pas vraiment son nom et il n’y a qu’une petite dizaine de pages par année de registre.

    voici l'acte de naissance d'Hugues André

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Comme l'acte n'est pas des plus lisible, voici sa transcription :

    Jeudi vingt cinq janvier de l'an mil sept cent et

    trois je soussigné Jacques Cardinal prêtre curé de

    l'église paroissiale St pierre du lieu de percey legrand

    ay baptisé hugue fils de claude andré laboureur et

    de claudine bergerot sa femme de cette paroisse né le

    vingt quatre des mois et an que dessus son parain à été

    hugue gourdant qui a déclaré ne savoir signer sa maraine

    marie drouillet qui a pareillement déclaré ne savoir

    signer auquel baptême étaient présent jean gourdant

    laboureur audit lieu qui a signé et simon larney recteur

    d'école de cette paroisse

    Notons au passage qu’Hugues eu des frères et sœurs qui ont été découvert dans les registres en remontant le temps depuis sa naissance à la recherche du mariage de ses parents.

    Malheureusement, la recherche du mariage des parents d’Hugues restera infructueuse car, avant 1690, seuls les baptêmes sont notés dans le registre de Percey le Grand mis en ligne.

    Ces patronymes sont toutefois suffisamment rares pour qu’on puisse identifier leur acte de naissance et donc leurs parents.

    Voici l'acte de naissance de Claude André père d'Hugues, encore moins lisible... (j'ai renoncé à déchiffrer les noms des parrain et marraine)

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

    Claude fils d'hugue andré et claudine culteau ses pere

    et mere à été baptisé le 20e d'aout 1666 son parain

    claude ??? sa maraine ??? ???

    enfin l'acte de naissance de sa mère 

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

    claudine fille françois bergerot et marguerite

    verney ses pere et mere a été baptisée le 24e

    janvier 1664 son parain marc teriet sa maraine

    claudine richard

    Il sera difficile de remonter au-delà, mais nous somme tout de même en présence de personnes qui ont vécus sous de règne de Louis XIII et peut-être même de Henry IV. Voici une image de cette branche franc-comtoise.

    Le long voyage d'Hugues André dit comtois

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En recherchant la descendance des frères et sœur d’Hugues André, il ne fait pas de doute que nous découvririons de lointains cousins, mais il faudrait plusieurs vies pour faire ce travail sur l’ensemble de la généalogie.

    Maintenant que nous avons pu en grande partie mettre au clair cette partie de notre généalogie ascendante en confirmant deux aïeux à la génération X et en ajoutant quatre à la génération XI, il est temps de se poser la question de la présence d’Hugues André à Viarmes, à 350 km du lieu où résidaient le reste de sa famille. On ne peut qu’émettre des hypothèses sur un tel sujet, sur la base des indices suivants :

    Il est lettré, sa signature est bien calligraphié, il ne s’agit pas d’un simple dessin appris par cœur

    Il a un surnom, « comtois », qui apparaît sur son acte de décès

    Il exerce la profession de menuisier

    Sa fille épousera en 1764 Jean Pierre Beaucé, lui aussi menuisier, il est donc familier du milieu professionnel des artisans du bois

    Il pourrait donc être compagnon du tour de France et avoir rencontré sa future épouse pendant son périple.

    Nous allons mettre nos plus fins limiers sur cette piste et vous informer du résultat de leurs recherches.

     

     


    votre commentaire
  • Au moment où j’écris ces lignes on est en pleine célébration du tricentenaire de la mort de Louis XIV. Le nom de ce monarque évoque le faste. La vie à Versailles rendait envieux les dirigeants du monde entier. A l’autre extrémité de l’échelle sociale, la situation était loin d’être aussi brillante et l’étude des registres paroissiaux de la fin du XVIIeme siècle nous en offre une étonnante illustration. Si on examine le registre de Viarmes, dans le Val d’Oise en 1693 entre le 24 octobre et le 12 décembre on est surpris de trouver une succession de 25 décès sans aucun baptême ni mariage. Voici deux pages contiguës extraites de cette période.

    le bon vieux temps  

    le bon vieux temps

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pourtant  le registre est tenu par le curé dans un strict ordre chronologique et on devrait trouver une répartition aléatoire au moins pour les naissances et les décès. C’est d’ailleurs le cas les autres années. A Viarmes et ailleurs, bien sûr, on meurt donc beaucoup en ces temps. L’explication est à chercher dans l’année précédente ou un hiver très rigoureux suivi d’un printemps et d’un été pluvieux ont ruiné les récoltes et fait flamber le prix des céréales. Comme par ailleurs le roi augmente les impôts pour financer ses guerres, la population n’a tout simplement plus les moyens de se nourrir convenablement. Cette famine à selon les historiens provoqué 1.300.000 décès alors que le pays comptait un peu plus de 20.000.000 d’habitants. Mais le plus étrange n’est pas là. En effet, habituellement, dans une période donnée, une partie importante des décès concerne des nouveaux nés et, dans le cas de 1693, il n’y a pas de baptême et donc de nouveau-né dans cette période. La raison est que, au pire moment de la famine, la sous-alimentation a provoqué chez les femmes en âge de procréer une perte des règles appelé aménorrhée. Et, neuf mois plus tard, le taux de natalité chute brutalement.

    Ceux qui souhaitent en savoir plus sur la question peuvent utilement consulter l’article d’Emmanuel Le Roy Ladurie dans les Annales de 1969.

    Cette disette de 1693 n’est pas un cas isolé, et de telles famines se sont produites tout au long des siècles jusqu’au milieu du XIXème. Songeons à la détresse de nos ancêtres en ces époques avant de nous plaindre de nos petits malheurs. D’où le titre ironique du billet.


    votre commentaire
  • Le billet précédent de ce blog vous contait, en deux temps (il était temps et il était temps, le dénouement), l’histoire d’Antoine Levesque et Marie Anne Prouain, ce couple qui luttait contre la montre pour que son union soit « solennisée », comme on disait parfois en ces temps, devant le prêtre avant que son fruit soit porté sur les fonts baptismaux. Cela se passait à Saint Martin du Tertre en 1722.

    L’ordre dans lequel dans lequel je décrypte les registres des paroisses où vécurent nos aïeux et le hasard, son fidèle compère, veulent que les amours de Nicolas Chalot et Marguerite Fournier et leurs péripéties soient contées ici, juste après celles d’Antoine et Marie Anne.

    Nous somme à Viarmes, à deux pas de Saint Martin du Tertre, en mil six cent quatre vingt dix sept, le seize février et voici l’acte de mariage de nos tourtereaux.

     

    Nicolas Chalot marchand de dantelles veuf de défunte Marie Gille d’une part, de cette paroisse, et Marguerite Fournier fille de défunt Jean Fournier laboureur et de défunte Nicole Davanne ses père et mère de la paroisse d’Asnière ont été mariés ce jourd’hui seizième de février par moi prêtre curé, après la publication des bans faite à l’ordinaire dans les paroisses de Viarmes et d’Asnière et les fiançailles sans aucun empêchement, ledit Chalot assisté de Pierre Bachevilliers et Henry Compagnon, ses amis, ladite Fournier assistée de Pierre halboug et Nicolas Meunier ses beaux frères qui ont signé. Signé Bisset Curé, avec paraphe.

    Rien que de très classique dans cet acte. Notons tout de même que le jeune marié n’est pas si jeune que ça puisque, de son premier mariage, avec Marie Gille, il a eu huit enfants, entre 1685 et 1693. Marie Gille est décédée le vingt quatre juillet mil six cent quatre vingt quatorze. Si on se fie l’âge de quatre vingt trois ans donné dans l’acte de décès de Nicolas Chalot, le neuf octobre mil sept cent quarante, il est né vers mil six cent cinquante sept et à donc environ quarante ans lors de son mariage avec Marguerite Fournier. Cinq des huit enfants de son premier mariage sont d’ailleurs mort en bas âge, dont les trois prénommés Nicolas !

    Examinons maintenant l’acte qui suit ce mariage dans le registre.

     trop tard

    Françoise Chalot, fille de Messire Nicolas Chalot, marchand et de Marguerite Fournier, sa femme, baptisée le seizième de février, le parrain Nicolas Meunier, fruitier, la marraine Françoise Simon, veuve d’Antoine Chalot. Le parrain a signé, la marraine a déclaré ne savoir signé. Signé Bisset Curé.

    La situation se complique donc un peu puisque, dans la foulée du mariage, on baptise une petite fille dont les parents sont tout juste unis devant dieu et les hommes. Le curé Bisset, très rigoureux dans ses rédactions précise habituellement distinctement les dates de naissance et baptême. Dans cas la date de naissance est omise.

    La petite Françoise ne vivra que bien peu, puisque l’acte qui suit celui de son baptême dans le registre est celui de son décès. Et cet acte nous éclaire sur la chronologie des événements antérieurs.

     trop tard

    Françoise Chalot, âgée de sept jours, fille dudit Chalot et de Marguerite Fournier, sa femme, décédée d’aujourd’hui vingtième de février, inhumée le même jour par moi prêtre curé en présence de Louis Corboran qui a signé. Signé Bisset Curé.

    Une simple soustraction nous permet de dater la naissance de Françoise au treize février, trois jours avant le mariage de ses parents.

    Est-ce pour préserver les apparences et une chronologie plus conforme aux mœurs de l’époque qu’on à patienté quatre jours pour baptiser la petite Françoise ? Baptisée avant le mariage, l’acte aurait mentionné le caractère illégitime de cette naissance.

    Chacun apportera à cette question la réponse de son choix. Il n’est peut-être pas inutile de préciser la position sociale des protagonistes de cet épisode. Nicolas Chalot, marchand de dentelle ou marchand était-il marchand ambulant ? En tout cas, peut-être grâce à ce travail, il avait des relations puisque le parrain de Jean Nicolas, le dernier fils qu’il a eu avec sa première épouse, Marie Gille, n’est autre que Jacques Dalichamps, fils de Jacques, mon Sosa 1346, procureur fiscal de Viarmes. Le procureur fiscal était un officier désigné par le seigneur du lieu pour veiller à l’intérêt public et à celui du seigneur. Il avait en charge, entre autre, la collecte de l’impôt. Un des fils de Nicolas, Louis sera quant à lui procureur du roi en la gabelle de Creil.


    4 commentaires